témoignages

Avoir 45 ans sans y laisser sa peau!

compteur-anniversaire-years-ans-45-tee-shirts-t-shirt-premium-femme

Eh oui!  Le ‘fameux’ passage de la quarantaine n’est pas un mythe mais bel et bien une réalité qui peut te frapper tout d’un coup sans avertir, telle une explosion nucléaire!  C’est une sorte de prise de conscience que tu as d’avoir mené ta vie de telle ou telle façon et c’est le moment où tu te dis: «ce que je n’ai pas fait, c’est genre maintenant ou jamais que j’dois le faire».  Les choses pour lesquelles t’as pas su dire non, il faut y renoncer et lâcher prise. C’est le début d’un p’tit voyage obligé dont tu ne pensais pas avoir à prendre et puis voilà t’es en plein dedans! Alors tu attaches ta ceinture vers une destination et une durée de vol inconnue et tu fonces sans gilet de sauvetage vers cet incontournable détour du chemin vers… soi-même!

femme-question

J’ai commencé à me poser toutes sortes de questions essentielles sur la vie que j’avais, sur ce que je voulais poursuivre et sur ce que je ne voulais plus.  Quand t’as cette impression que tu t’approches de la moitié de ta vie et que le moment est venu de te projeter pour décider concrètement de ce que tu veux faire, être, avoir et voir dans la 2e partie de ta vie. Ce qui est ironique, c’est que tu visais, dans cette 1e partie, à te construire, te réaliser, te trouver, te définir et t’accomplir sur tous les plans. Maintenant que tu commences à respirer et que t’as plus rien à prouver à personne, que t’as réussi à acquérir les objectifs que tu t’étais fixés au fil des années pour être heureux, ben là tu te rend compte que c’est plus ça que tu veux!  Enfin… que c’est plus comme ça que tu le veux pis ta conquête du bonheur ben tu la cherches encore.  Alors là, c’est la panique pis tu te demande si t’as fait les bons choix, pris les bonnes décisions… Tsé ta p’tite voix au fond de toi qui te dit: «ben voyons!  T’as tout ce que tu veux, pourquoi t’es pas heureuse?»  Et ben voila!!!

sablier1

À première vue, une remise en question sur son cheminement ça l’air cool!  On s’fait une p’tite rétrospective, un p’tit ménage intérieur, on s’fixe de nouveaux objectifs et voilà le tour est joué!  Mais concrètement, hum… c’est pas si évident que ça.  La remise en question est souvent drastique, profonde et parfois existentielle.  Le chum, la vie de famille, les rêves à réaliser, le travail, l’argent, les amis …tout y passe.  C’est à la fois un mélange de sentiments, de maturité et de réalisations. La satisfaction d’être vraiment devenue une femme, un certain épanouissement, mais c’est aussi comme une impression d’être arrivée au sommet d’une montagne, et tout doucement d’amorcer la descente en glissant un peu vers l’inconnu, vers autre chose.  Quelque chose que je ne maîtrise pas vraiment, quelque chose qui m’effraie peut être un peu… beaucoup…

peur-vieillir

La quarantaine, c’est aussi le moment où tu prends vraiment conscience que tu vieillis… Ben oui, les rides sont de plus en plus présentes, ton corps commence à ramollir, tsé le phénomène de la gravité, ben là, t’en comprends vraiment le sens concret! T’es de moins en moins en forme, tu te sens moins séduisante, moins attirante, malgré tout les efforts que tu fais, les p’tites crèmes, le sport, bien manger etc.  Le temps continue d’y laisser sa trace, avec de plus en plus de cheveux blancs en bonus! Fini de faire ta wonder woman  pis courir à gauche pis à droite; le corps ne suit plus comme avant.  Et pour en rajouter encore un peu plus, c’est le début de la pré-ménopause pis là t’as les hormones en montagnes russes. Tsé le jackpot! Tu brailles, tu sais pas pourquoi, tu pognes les nerfs pour tout et pour rien …Tu t’endures juste pas! Des fois, j’hibernerais bien pendant un ti-moment … le temps que… ça passe!

Je ne sais pas comment va se terminer ce chapitre de ma vie mais, pour l’instant j’apprivoise tout doucement avec beaucoup de crainte et de peur cette croisée des chemins en essayant de comprendre ce qui arrive et pourquoi ça arrive.  Je crois que l’important c’est de ne pas précipiter les choses et agir sur des coups de tête ou en trouvant des réponses faciles en contournant les véritables questions afin d’éviter la confrontation avec ses propres faiblesses.  À l’inverse, nier ce que l’on ressent en se disant «bah c’est qu’un passage ça va se régler tout seul» c’est aussi passer à coté des vraies questions et de s’enfermer dans une vie qui ne nous rend pas complètement heureux.

soleil-femme.jpg

Faire le deuil de sa vie passée, accepter de vieillir et se dire que, le temps qui passe nous ouvre peux-être la porte à de nouvelles expériences qui sont plus en accord avec nous-mêmes. Voir ça comme le début d’un nouveau chapitre du livre de sa vie? Pourquoi pas en développant de nouveaux talents? De nouvelles relations à sceller? Privilégier un mode de vie qui n’est plus centré sur ce que la société nous impose, mais sur de véritables affinités. Ce qui se cache à l’intérieur de nous.

Et si cette perturbation nous apprenait à savourer le présent, pour avoir un futur lumineux et rayonnant, en accord avec nous-mêmes?

C’est à suivre…

Nathalie

Mes réflexions

Je procrastine, tu procrastines, il procrastine, nous procrastinons …

Journée-mondiale-de-la-procrastination

La procrastination! Ce syndrome dont nous souffrons tous à différents degrés. Ben oui, c’est bien cette fâcheuse manie qui nous amène à repousser dans le temps l’accomplissement de tâches bien qu’importantes, mais ô combien pas toujours le fun à faire.  On ne remet jamais à plus tard le fait de regarder la télé, gamer ou bien de manger du chocolat.  Mais les tâches qui nous demandent un effort et qui nous plaisent plus ou moins sont celles que l’on peut facilement remettre à demain.  Le ménage, la vaisselle, un travail ou bien plier le linge dans le panier que tu regardes chaque fois que tu passes devant en te disant hum tantôt … tantôt.

Rentrée_procrastination-science

Quand je procrastine je fais super bien autre chose pour retarder le plus longtemps possible le ‘moment’ de faire ma ‘to do list’: j’prends une p’tite pause-café, je regarde la télé, j’écoute la radio, ou je traîne sur Facebook. J’fais une p’tite sieste, je pitonne à la télé, je ré-écoute la radio, et je traîne de nouveau sur Facebook. Oui oui, je fais aussi du ménage quand je suis censée faire un travail et j’fais un travail quand je suis sensée faire du ménage… Si c’est pas une maladie mentale ça ?! lol

procrastination-mythes-et-réalités-1024x768.jpg

Faire la paresse, ça ne veux pas dire que l’on ne désires pas vaguer à nos occupations parce qu’on n’en a pas envie, mais parce qu’on est fatigué pis on a juste besoin de se reposer. Souvent quand on est dans cet état d’esprit on a le goût de végéter en pyjamas, pis c’est ben correct de même. Chaque jour on doit courir après les secondes, les minutes et les heures, vivre avec des délais, des contraintes et du stress, alors pourquoi pas se donner un répit pour remettre à demain ce qui peut sûrement attendre anyway!

jamais

Il existe toutefois différentes raisons plus profondes pour expliquer cette tendance à remettre au lendemain. Ne pas vouloir faire une tâche, non pas parce qu’on est surmené parce que tsé on a quand même pas mal d’énergie  pour faire autre chose à la place qui nous intéresse davantage. Mais il peut s’agir plutôt d’un manque d’intérêt, de concentration, d’organisation de son temps, d’estime de soi, par peur de ne pas être à la hauteur ou l’angoisse de l’échec face au travail ou au délai.  On peut aussi être tellement concentré sur un truc qui captive toute notre attention et ne pas voir le temps passer. Tsé l’affaire qui t’allume pis tu te dis « Ah! Juste 5 minutes » et sans t’en rendre compte t’as perdu 1 heure!  Le temps te file entre les mains et il devient ton pire ennemi. Ça prendrait quelque fois une fonction ‘pause’… question de terminer ce qu’on aurait dû commencer ou commencer ce qu’on aurait dû terminer.

procrastination-citation-lacroix

L’important dans tout ça, c’est d’être en mesure de reconnaître les vraies causes de sa procrastination, avoir de la volonté, prendre les moyens pour enlever ce qui nous incommode et qui nous empêche d’avancer. C’est un peu comme la cigarette, on sait que c’est pas bon pour la santé mais si on ne trouve pas la volonté de vraiment arrêter, on n’y arrivera pas!  Pis on risque de blâmer les autres pour notre état ou bien de se trouver une bonne raison pour se convaincre que c’est pas si grave ou bien que c’est pas notre faute.  Il faut sortir du cercle vicieux de la culpabilité, se fixer des objectifs réalistes et foncer! Pour les procrastinateurs ‘légers’ qui, comme moi, de temps en temps, sans que ça cause préjudice à l’entourage ou au milieu de travail, s’accorder des p’tits moments pour rêvasser, décrocher, ou juste relaxer, sans se soucier du temps, en mou (parce que c’est plus efficace!) C’est vraiment sain et profitable pour recharger ses batteries surtout quand la température est déprimante! Mais si vous ne pouvez pas vous le permettre, vous avez toujours l’option de ‘procraféiner’ au besoin mais avec modération bien entendu!

10277729_10207541764841473_1654520198391897845_n

Nathalie

témoignages

Être un enfant unique

enfant_unique

Combien de fois ais-je dû répondre à cette question: « As-tu des frères et sœurs? » Si vous n’avez pas remarqué à quelle fréquence ce sujet revient dans la vie… laissez-moi vous dire: c’est pas mal souvent!  Je me suis habituée à faire face à plusieurs catégories de réactions quand vient le moment fatidique de ma réponse.  Il y a:

  • Les empathiques: Oh pauvre toi… t’es vraiment pas chanceuse!
  • Les enthousiastes: Waw trop cool! Comment tu as dû être full gâtée!
  • Les jaloux: Ah ouin, bah moi j’aurai bien aimer ça car ma p’tite sœur a toujours été la chouchou de mon père!
  • Les méfiants: Euh… mais tu dois être une vraie princesse toi?  Pis full capricieuse hein?
  • Les malins: Si tu veux, je te donne mon frère avec grand plaisir!
  • Les curieux: Alors… ça fait comment?
  • Les voyants: Tsé quoi… j’le savais!
  • Les paranos: Ah ouin ok… c’est pour ça… tout s’explique!
  • Les altruistes: Hi hi chuut… on a qu’à dire que je suis ton grand frère, ok?
  • Les psychologues: veux-tu qu’on en parle?
  • Les snobs: Hum… comme ça t’es unique hein?
  • Les séducteurs: Ah! C’est pour ça que t’es belle de même… tes parents ont cassé le moule après toi!

Être enfant unique ça comporte, selon moi, son lot d’avantages. Je n’ai pas eu à partager l’amour de mes parents, ni mes jouets, ni ma chambre. Pas de chicane fraternelle, pis tu te fais pas dire « soit raisonnable: c’est toi la grande sœur » T’as pas à partager le budget pour les cadeaux de Noël; ce qui est quand même considérable. Autre point important tu n’as pas à re-porter les vêtements de ton aîné. Pas de comparaison suite aux exploits ou aux performances de ton frère ou de ta sœur. Tsé la meilleure: ben c’est toi! Pis t’as le droit de tout essayer comme sports, les cours de natation, la gymnastique, le patinage artistique mais comme mon père aurait voulu avoir un gars, ben c’est le karaté et le kick-boxing qui ont occupé la majeure partie de mon enfance. J’pense que Bruce Lee a été une idole importante dans la vie de mon père! J’suis devenue la « Natha Lee » des années 80!

De l’autre coté de la médaille il m’arrive de penser à ce qu’aurait été ma vie avec un frère ou une sœur. Y’a des moments ou t’es un peu tannée d’être toute seule pis t’aimerai bien avoir quel qu’un avec qui jouer ou juste te confier et savoir qu’on est pas seule au monde. J’ai souvent rêvassé d’un grand frère qui m’aurait protégé contre tout les méchants ou bien une petite sœur pour jouer à la maman. Pis tsé quand tu fais une gaffe tu te fais pogner tout le temps… tu peux pas dire c’est pas moi c’est ma sœur!

Être une enfant unique m’a permis de développer mon coté imaginatif, ma sociabilité et mon sens des responsabilités. J’ai grandi dans un monde d’adulte et j’ai acquis une maturité et une autonomie rapidement. Tes parents sont pas mal plus exigeant quand t’es enfant unique t’as l’impression d’avoir tout leur espoir entre tes mains. T’as pas trop le droit de te tromper, pis sont pas mal tout temps sur tes talons… y’a pas quelqu’un d’autre à surveiller alors tu t’en sort pas Lol! Malgré mon coté solitaire, j’ai toujours eu besoin d’être bien entourée d’amis. Devenue adulte, j’ai aiguisé mon réseau social et mes amis ont pris une place très importante dans mon quotidien. Des liens se sont noués, aussi fort que si c’était des frères et sœurs, pis l’avantage c’est que mes amis j’les ais choisis!

Décider de n’avoir qu’un seul enfant est considéré par la société comme égoïste et hors norme. Pleins de préjugés sont véhiculés envers les enfants uniques et les parents qui choisissent de n’avoir qu’un seul enfant. Que ce soit pour des questions de santé, monétaires, ou simplement par choix, je crois que le plus important c’est de suivre son instinct, ses capacités et ses convictions. Tout est dans l’éducation véhiculée et il n’y a pas de formule parfaite sur l’éducation de son enfant par rapport au nombre d’enfants.

Pour ma part je suis une enfant unique parfaitement imparfaite avec mes qualités, mes défauts et en constante évolution. Je ne crois pas avoir souffert ni avoir été malheureuse à cause de ma condition.  Que tu sois issu d’une famille nombreuse ou pas:

  • Tu auras à dealer avec les avantages et les inconvénients;
  • Tu auras à faire face à des succès et des échecs;
  • Tu grandiras en forgeant ta propre personnalité.

Tsé l’important c’est pas la quantité que tu auras reçu mais la qualité qui aura été investie. Pis en bout de ligne être unique ça m’a pas trop mal réussi: j’suis une édition limitée, pis c’est ben correct de même!

601c6f476b5e772c7824dcbb27f74182

 Nathalie

Mes coups de coeur

Les Morissette en spectacle

V-L-1

Qui ne connaît pas Louis Morissette et Véronique Cloutier? À moins d’habiter sur une autre planète, j’pense qu’il n’y a pas une journée sans qu’on n’entende parler de l’un ou de l’autre. Quoi qu’on en dise, ils font parti de notre patrimoine québécois. Qu’on les aime ou pas on ne peut pas nier qu’ils sont pas mal hot. Tsé quand t’as du talent, du charisme, un bon sens de l’humour, pas mal d’ambition pis que tu réussis bien, b’en les gens t’aime. Anyway, moi ce « p’tit couple la »  j’le trouve b’en b’en cute! Pis, j’ai eu la chance, le privilège, hum …j’dirais le bonheur d’avoir des billets pour assister à  leur tout premier spectacle. Quoi demander de mieux?

771470-affiche-spectacle-morissette

Je pars donc déjà un ti-peu pas mal conquise et j’étais curieuse de les voir live sur une scène, donc j’m’attendais à passer une vraiment belle soirée. En plus c’était dans une petite salle ce qui apporte plus d’intimité  pis j’étais vraiment très proche alors j’étais doublement satisfaite. Bon, on va se dire les vraies affaires, Véro et Louis sont beaux, sympathiques, simples, généreux et extrêmement humain. Le genre qu’on prend plaisir à suivre et qu’on s’identifie facilement. Ils représentent bien le quotidien du couple dans la quarantaine dans ce show-la. Sur scène, Louis est percutant et Véro est … tout simplement explosive! Un duo rodé au quart de tour, solide, et ils maîtrisent la salle d’un bout à l’autre en embarquant le public avec eux!

o-VRONIQUE-CLOUTIER-LOUIS-MORISSETTE-facebook

Les Morissette, c’est 90 minutes non-stop de stand up, d’imitations et de numéros de variétés. C’est un excellent divertissement à la fois drôle, amusant, parfois hilarant parfois touchant. On y savoure des sketchs principalement sur la vie du célèbre couple, qui ressemble malgré tout à celle de tous les couples. De bons gags, beaucoup de clichés aussi, sur les relations entre les hommes et les femmes, comment on se chicane sans vraiment se chicaner, la manipulation féminine, la lâcheté masculine, comment on fait pour durer, la sexualité, combien de fois on doit faire l’amour, la fidélité après 13 ans de vie commune, la conciliation travail-famille, l’amitié, la dépendance aux réseaux sociaux,  les enfants, les grands-parents et bien plus!

Bref, c’est une vraie thérapie de couple par le rire. La complicité du duo sur la scène est palpable, dynamique et les sujets abordés viennent nous chercher. C’est dans un univers pleins d’autodérisions avec des répliques croustillantes, des  expressions savoureuses et un langage cru parfois. Il s’agit d’un spectacle de couple par un couple, pour des couples. Bravo pour votre audace, bravo pour avoir réussi à briser l’image parfaite de votre p’tit couple parfait en démontrant que vous êtes parfaitement imparfait! Mission accomplie!

fondationverolouis_logo

Les Morissette c’est aussi un spectacle qui permet d’amasser des dons pour  La fondation  Véro & Louis qui a pour mandat d’offrir un milieu de vie sécuritaire et stimulant à des adultes autistes. Un beau projet de construction d’une maison adaptée aux besoins particuliers d’une clientèle vivant avec un trouble du spectre autistique.

Pour plus de détails : fondationverolouis.com.

concours-les-morissette-rythmefm-600

Donc, si tu es à la recherche d’une sortie originale, d’un cadeau à offrir, d’une fondation à encourager ou simplement pour te faire plaisir, je peux t’assurer qu’une soirée avec Les Morissette comblera toutes tes attentes. Tu passeras un magnifique moment de bonheur avec ce spectacle d’humour. C’est délicieux, rafraîchissant et coloré, à l’image de Véronique Cloutier et de Louis Morissette! Définitivement une pièce à voir! J’tai convaincu? Cool tu vas pas t’ennuyer … Non? B’en tant pis, tu sais pas ce que tu manques … hi hi!

Bon spectacle!

Nathalie

 

Mes voyages

Voyager, ça fait parti de ma vie!

livre-plage

Que ce soit pour un week-end dans le Nord, ou pour quelques semaines à l’étranger, voyager fait partie de mon univers. C’est pour moi l’occasion de mettre mon quotidien en mode Stand-by pendant un moment  pour aller vivre une belle aventure et ajouter un nouveau chapitre  <à la découverte du monde> dans le livre de ma vie!

4511130_orig

J’aime voyager pour découvrir de nouveaux endroits, de nouveaux pays, de nouvelles cultures et des habitudes de vie de ceux qui y habitent. M’ouvrir aux gens pour connaître leurs coutumes, leurs traditions et leurs religions, à l’opposé des miennes. Quand tu rencontres des personnes au style de vie différent, tu prends davantage conscience d’une réalité qui est bien différente de ce que tu as l’habitude de vivre.

2_articles_pages

J’aime voyager pour goûter à de nouveaux plats typiquement traditionnels dans mon assiette et en savourer chaque bouchée devient un moment de pur bonheur! C’est une exploration culinaire à chaque repas. Même mes papilles gustatives sont en mode d’extase devant toutes ces nouvelles saveurs. C’est un plaisir … hum … gastronomique ou bien gourmand … ha ha, peu importe …

pt43990.jpg

J’aime voyager pour m’émerveiller devant de nouveaux paysages, admirer des endroits à couper le souffle, contempler des lieux magnifiques et uniques, observer des styles d’architectures impressionnants. J’aime me sentir dépaysée à tous les niveaux. Les expériences vécues lors de mes voyages, ont pour impact de modifier ma vision de la vie, et m’obligent à développer une ouverture d’esprit sur le monde qui m’entoure.

95956723_o

J’aime voyager pour la liberté que ça me procure… juste l’idée de partir, c’est un sentiment tellement excitant du moment où tu commences ta planification jusqu’au moment où tu comptes les dodos, tellement que tu te peux plus … pis on s’le cachera pas : qui n’a jamais dit «me semble que j’partirais drette la!». Que ce soit pour fuir son quotidien parce que t’es ben fatiguée, ou t’es juste ben tannée, pis que t’as juste le goût de t’échapper en te disant que ça va régler tous tes problèmes … enfin, du moins, le temps que t’es partie. S’éloigner quelques jours ou quelques semaines s’avère bénéfique, essentiel et même crucial. Ce besoin de se ressourcer, s’évader, de prendre congé de sa vie, de ses responsabilités, du stress de la vie, de la routine qui tue … pas de repas à préparer, pas de ménage, ni de lavage… tsé la grosse misère là!!

carte-JC--globe-trotter--copie.jpg

J’aime voyager, parce que c’est un plaisir qui me permet de rester en vie, et dont je ne me passerais pour rien au monde! Les journées défilent, les années passent, mais les beaux moments qui sont gravés dans notre mémoire, eux, sont à l’épreuve du temps. Non mais sérieux: y’a tu une meilleure façon de passer un moment d’ennui de la vie quotidienne que de replonger dans nos plus beaux souvenirs de voyage?  Mettre un peu de soleil lors d’une journée de pluie ou de neige qui ne finit plus en se remémorant un souper au bord de la mer, ou s’éclipser quelques instants de notre routine en repensant à une journée de découvertes dans un pays étranger. Oui oui: il faut vivre l’instant présent, mais les souvenirs ont le don de nous réchauffer le cœur pour le reste de notre vie!

wp_post_1153_2_fotolia_29222301_s

Si voyager permet d’élargir sa culture générale, ses connaissances, c’est à propos de qui nous sommes comme personne que nous en apprenons le plus. Le voyage nous en apprend sur notre personnalité, sur nos forces et nos faiblesses. Notre ouverture d’esprit et notre capacité de s’adapter.  Il nous permet d’évoluer en tant que personne et augmente notre confiance en soi.

279f6efe

Les raisons qui nous poussent à vouloir voyager sont nombreuses et propres à chacun. Parfois, nous ne savons pas exactement pourquoi nous recherchons tant ces petits moments d’exil; ils nous font du bien et, à nos yeux, c’est tout ce qui compte. Peu importe notre définition du voyage idéal, qu’il soit composé de visites de musées et de monuments, qu’il nous amène au milieu d’une forêt tropicale inconnue ou que la plage et que les bons restos soient nos seules envies. Que ce soit humanitaire, culturel, pour fuguer la routine quotidienne ou s’enrichir intellectuellement, les bienfaits qu’il nous apporte sont incontestables. La personne qui parcourt le monde ne fait pas que développer sa culture générale, elle s’offre la plus belle des thérapies et un brin de folie dans sa vie!

«La vie est un long champ à cultiver.

Voyager, c’est y semer la diversité de la Terre.

Voyager, c’est l’embellir des couleurs du monde»
L. Lesven

Nathalie

Parlons chats!

Mes chats et moi: une histoire d’amour inconditionnelle

final-3

Eh oui: j’habite chez mes chats! En co-location avec 4 beaux minous. Eh ben qui aurait dit un jour que j’aurais une maison remplie de chats? Petites boules de poils quand tu nous tiens! Ils sont entrés dans ma vie chacun à leur façon, avec un besoin d’amour et d’affection, avec leurs p’tits regards que t’as pas le choix de craquer tellement ils sont cutes.

final

Vivre avec un chat ça ressemble à quoi ? Bah c’est pas super compliqué: tsé tant qu’il a de la nourriture, une litière, et des p’tits coins pour dormir, t’es en business. Tu devras naturellement partager ton lit, ton sofa, ta doudou préférée, ton assiette, ton restant de crème glacée, ton laptop, et aussi la salle de bain! Attention au papier de toilette et aux factures que tu laisseras traîner, ils sont de vrais petits rongeurs! Mais que ce soit pour une présence réconfortante, un besoin de câliner ou bien te tenir au chaud, le chat est une source infinie de contemplation. Chacun ayant son caractère bien distinct et sa façon d’être irrésistible. Il sait comment se faire aimer … inconditionnellement!

final1

Avoir un chat c’est aussi très thérapeutique, c’est une présence quand tu es seul, c’est quelqu’un à qui parler, se confier, s’occuper et à donner de l’affection. Tu sais qu’il t’aimera toujours et qu’il sera toujours à tes cotés, peu importe les jours où tu te sens moche, grosse, laide, en SPM, fâché, nucléaire, découragé ou simplement fatigué. Il partagera tes joies, tes rires, tes peines et tes larmes. S’il ressent quand tu es malade ou triste, il viendra tout doucement te piétiner, te renifler et te coller. Dès que tu ouvres la porte il sera là à miauler sa vie pour te dire j’veux sortir ou j’ai faim. Haha.

14519743_10154967566274316_3354683203348635341_nfinal

Malgré les p’tits jouets qui traînent partout, les tas de poils à ramasser, les litières à changer et marcher sur du vomi à 3 heures du matin la vie en co-location avec un chat c’est un pur bonheur pis mon bonheur moi j’le multiplie par 4 + 3 qui sont partis beaucoup trop tôt … même si vous m’avez quitté, dans mon cœur vous y êtes pour toujours!

                                     231179_9340104315_3348_nfinal 13260924_138832889862630_885126726_n(1)14677385_557950574415779_5030796237205405696_n

Pour ceux qui n’ont pas la chance de vivre en compagnie de chats je vous recommande un p’tit tour au Café des Chats pour une dose quotidienne de félins, c’est un bel endroit à découvrir! Pour les amoureux des chats c’est à consommer sans modération et à répétition. Miaaaaaw !!

Nathalie image288

blogue, Non classé

Pourquoi j’ai décidé de partir un blog personnel

Nous avons tous un petit quelque chose qui nous différencie des autres, une passion qui nous définit, une façon de voir la vie, un talent particulier. Quelque chose qui nous tient tellement à cœur qu’on en ‘mange’, et ça nous fait du bien de faire ce petit quelque chose pour soi.

Jusqu’à pas si longtemps je n’avais jamais réalisé que je n’avais pas de passion dans la vie. Eh oui je suis une fille sportive, je pratique le vélo, je fais des randonnées pédestres, du rollerblade, de la raquette, du patin à glace, j’aime les soirées entres amis, les soupers au resto, le bon vin, le cinéma, le théâtre et voyager. …. Mais une passion à moi … je n’en avais pas!

Il arrive un moment dans la vie ou l’on se remet en question, on perd ses repères et le contrôle de sa vie.  Une bonne amie à moi m’a fait remarquer que tout le monde a besoin d’une passion dans la vie, tsé, ce p’tit quelque chose qui va t’empêcher de t’enfoncer dans un moment difficile, ce petit quelque chose qui va te faire sentir vivante, épanouie, qui va te faire oublier les jours gris et te faire tenir le coup quand t’as une crise à traverser; oui oui ça… Ton p’tit moment avec toi-même à faire un truc pour toi-même chaque fois que tu en ressens le besoin.

B’en voila après avoir fait le tour de mon entourage j’me suis rendue à l’évidence que j’étais la seule qui n’avais pas de passion… Enfin, que je ne l’avais jamais rencontrée… Ce qui m’était avant inconnu et dont j’ignorais l’importance capitale m’a tout d’un coup explosé en plein visage… Et ce fut le début d’une longue réflexion sur ce qui pourrait me passionner dans la vie. Le but n’étant pas de me trouver une passion coûte que coûte, de façon désespérée, mais je ne savais pas du tout comment j’allais trouver un truc sur lequel je n’avais pas développé un intérêt, et je savais bien que ce n’est pas dans une rubrique des petites annonces du journal que je la trouverais. Puis, j’ai eu un flash en me rappelant une petite phrase que mon amie m’a dite « y’a tu un truc que tu aimes faire et que tu pourrais faire à tout heure du jour ou du soir sans jamais t’en lasser? » … Hum j’sais pas trop, pis tout d’un coup c’est devenu évident!

Ceux qui me connaissent bien savent que facebook et moi on est inséparables pour partager mes états d’âme, mes statuts, mes photos, partager des moments entre amis, discuter sur différents sujets etc. Je remplis bien leur mur ha!ha!ha! et j’adore ça! Quelqu’un m’a même dit « j’suis tellement pas surprise que tu décides de partir ton propre blog c’est tellement toi et c’est tellement la continuité de ce que tu fais déjà sur facebook » …

Pour ma part je dirais que j’pense avoir trouvé ma passion, quelque chose que je vais faire pour moi. Qui me donne cette étincelle dans les yeux! Partager, informer, interroger, réfléchir, aider ou tout simplement divertir sur différents sujets de la vie, de ma vie, de votre vie, de nos vies pis se dire que waw j’suis pas toute seule à vivre ça …. Juste pour ça j’dirais que c’est une maudite de belle passion!  J’espère que vous prendrez plaisir à me lire avec autant de plaisir que je prendrai à écrire, et ne vous gênez pas pour commenter, liker, donner votre opinion car c’est avec l’étincelle de chacun qu’on avance et qu’on grandis dans la vie.

Merci de me suivre dans ma passion et d’entrer avec un petit brin de naïveté dans la tête à Nath!  Ce sera parfois décousu, parfois émotif, parfois drôle, parfois instructif, parfois interrogatif, malgré que je sois loin d’être une écrivaine ce sera toujours à mon image … Passionnée!

Si un jour tu sens que tout s’écroule autour de toi, que tu ne vois pas où la vie te mène, que tu te sens un peu égaré… Accroche toi à ta passion!  Ça ne règle pas tous tes problèmes, mais ça va éventuellement t’aider à traverser l’épreuve plus sereinement, un jour à la fois.

On dit toujours: « vis tes rêves ».

Mais au quotidien, je dirais: « vis ta passion, elle te mènera à tes rêves! »

Au plaisir!

Nathalie