Mes réflexions

Les z’amis

FETE-DE-L-AMITIE

Les amis ça fait parti de la vie. À moins d’être en exil sur une île déserte ou de vivre en ermite coupé du monde extérieur, que t’en veuille ou pas, tout au long de ton chemin, tu auras des personnes qui viendront se greffer à ton quotidien. Qu’ils soit de passage ou pour une longue période, ils sont la pour une raison, mais c’est à toi de décider qui entre, qui passe, qui reste et qui en sort! Les amitiés ça sert à grandir, échanger, partager, apprendre, se nourrir (pis la j’parle pas de bouffe), se confronter à la différence et mettre en communs nos ressemblances. On peux appliquer le «Qui se ressemblent s’assemblent» ou «Les contraires s’attirent». Mais peu importe la formule le but est de créer de bons moments, donner le meilleur de soi et vivre tout simplement… en bonne compagnie! Comme il y a sûrement autant de sortes d’amitiés qu’il y de sorte de souliers. C’est à toi de trouver chaussure à ton pied! J’me suis amusé à décortiquer les différents styles d’amis. Il n’est pas rare de retrouver un ami qui fit dans plusieurs catégories et vice versa! Voyons voir qui sont ces fameux ‘z’amis’…

  • L’ami confident:

C’est ton ‘précieux’ à avoir, celui qui nous aime malgré nos défauts. C’est l’ami avec qui on partage une belle complicité, à qui on peut tout dire, ‘se mettre à nu’ sans avoir peur du jugement et sans flafla. Avec lui, nous acceptons des remarques qu’on ne passerait pas avec personne d’autre. Il ne juge pas, il parle avec franchise et sincérité… mais attention sa pensée peut parfois blesser!

  • L’ami d’enfance

C’est l’ami de longue date et même si on passe un bon moment sans le voir, quand on se rencontre c’est comme si c’était hier, l’amitié semble avoir été figer dans le temps. Tsé cette impression quand t’es en sa compagnie de ne pas avoir vieillis! On a du plaisir à se remémorer des souvenirs, nos bons coups comme les moins bons. Même si nos vies ont pris des parcours différents, on a besoin de cet ami qui nous rappelle nos racines et nous permet d’évaluer le chemin parcouru, au risque d’entretenir une p’tite pointe de nostalgie!

  • L’ami cultivé

C’est l’ami qui nous ouvre des fenêtres sur le monde. Il a une opinion intelligente et est à la fine pointe de la technologie. Sûrement à cause son mode de vie, de son réseau d’amis, de ses voyages, de ses lectures ou de ses intérêt. Bref, il apporte une ouverture d’esprit, un regard nouveau ou différent sur ce qui nous entoure. Il est inspirant et propice à nous remettre en question. Son enthousiasme est palpable et contagieux Avec lui, on sort de sa ‘zone de confort’ et on s’ouvre les yeux. Il enrichit et colore notre univers!

  • L’ami proche

C’est l’ami de la confidence, de la confiance et de l’honnêteté. Il peut ignorer certains aspects de notre vie ou de notre passé. Avec lui, on ne partage pas autant d’intimité qu’avec son meilleur ami, mais le courant passe bien, on a un bon feeling, une tendre complicité et l’assurance que l’on peut partager autant les joies que les coups durs du quotidien! C’est l’ami de la ‘famille’ avec qui, c’est facile d’échanger sur différents sujets. L’ami proche quand on parle des < amis de couple > c’est en plein celui-la!

  • L’ami commun

Il est plus qu’une connaissance mais moins qu’un ami proche au niveau de l’intimité et de la confiance. C’est celui que l’on appelle le ‘bon chum’, on partage que des bons moments, activités, loisirs, sport, culture, magasinage etc. C’est une amitié ‘bonbon’ qu’on fréquente seul ou en gang et il est toujours game! Cette amitié se développe assez vite, car elle est un mélange d’affinités et d’intérêts communs qui nous ressemblent et on en retire que du positif! Avec lui la vie est toujours belle!

  • Le meilleur ami

C’est ton best! La relation avec lui a traversé l’épreuve du temps et les épreuves tout court. C’est l’amitié intime ou on est aimé et apprécié pour ce que l’on est. L’ingrédient principal c’est l’exclusivité! Avec lui, inutile de présenter son meilleur jour ou de jouer un rôle. C’est l’ami loyal, honnête, propice à la confidence en ayant le profond sentiment de partager le même état d’esprit, les mêmes valeurs, malgré ses différences. On le compte sur les doigts d’une main… C’est une perle rare!

  • L’ami manipulateur

C’est le genre qui utilise les règles de vie en société comme avantage personnel ou pour contrôler la vie des autres. Il tente de nous amener à faire les trucs à sa place. C’est l’ami à qui l’on donne sans retour, qui n’est pas très attentif à ce que l’on ressent et pas très empathique à ce qu’on vit sauf à sens unique! S’il fait un compliment sache que c’est pas pour faire plaisir mais, pour obtenir quelque chose en échange. Il veut tout savoir et invente au besoin pour semer la zizanie! Sachez qu’avec lui «tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous!»

  • Le pseudo ami

C’est l’ami qui se dit être un ‘vrai ami’ mais c’est plutôt le genre qui se pointe quand tout va bien pour nous et dès qu’on a des problèmes ‘pouf’ il disparaît aussi rapide que l’éclair! Par contre, il n’a pas  peur de se plaindre sur ses propres ennuis et demander le support de ses ‘amis’. Il n’est pas manipulateur car, la plupart du temps, il est sincère, mais il ne respecte pas certaine règles de base de l’amitié comme le partage et la solidarité! C’est l’ami égocentrique centrer que sur ses petits besoins! Tsé le genre  me, myself and i … Hen hen celui la!

  • L’ami gay:

Il est gentil, aimable, attentif, raffiné, délicat… Bref, c’est l’ami à avoir! Il sait écouter les femmes, il comprend leurs problèmes avec les gars parce qu’il vit les mêmes affaires. Il aime fréquenter des filles pour jaser, prendre un café, partager un bon repas, potiner, parler déco, mode, voyage, du dernier show de lady Gaga ou de Madonna! C’est l’ami fashion, toujours ‘sa coche’. C’est le parfait gentleman qui fait des câlins sans arrière pensée et sans tenter de te faire des avances. Il est full émotion, c’est comme genre ta meilleure chum de fille mais version gars… Priceless!

  • L’ami santé:

C’est l’ami ‘grano’, le parfait consommateur de produits thérapeutiques, vitamines, suppléments et cosmétique naturel non testé sur les animaux bien entendu! Il peut être végétarien, végétalien, mange que des produits bio, local, sans gluten et non modifiés. C’est un véritable casse-tête quand vient le moment de l’inviter à souper! Il est un fan fini de méditation, du gym et du yoga et «une vie saine dans un corps sain» est sa devise. Y’a aussi l’autre ami santé communément appelé le fuck friend! C’est souvent un ami ou un collègue, avec lequel on entretient une relation basée sur l’attirance physique pis le sexe. Cette amitié peut être passagère entre deux amours ou permanente selon le désir de chacun! Peut importe l’ami santé, tu seras toujours au meilleur de ta forme, top shape!

  • L’ami Facebook

C’est l’ami virtuel, une connaissance ou l’ami d’un ami rencontrer lors d’une soirée. C’est aussi les ‘contacts’ ajouter pour un but précis, des intérêts communs, dating, relation professionnel, club sportif, hobby ou autre. C’est une partie de sa famille, de ses amis, avec qui on commente, interagit, like et check les dernières photos de  voyage, du party d’anniversaire ou des prouesses du p’tit dernier qui a commencé à marcher. Pis y’a ceux qu’on se demande pourquoi on est ‘amis’ facebook? Puisqu’ils ne se log presque pas, ne font pas de statut et ne te suivent pas non plus! C’est la que tu sais qu’un ti clean up s’impose lol.

On dis que ça prend «toute sorte de monde pour faire un monde» et je rajouterai que ça prend aussi «toute sorte d’amis pour s’épanouir» et avec le temps on comprend que ce n’est pas la quantité qui est important mais davantage la qualité. Et toi, quelles sortent d’amis gravitent autour de ta vie…? Et qu’elle type d’ami es-tu?

jpg_cdc465a60db9-98099

Nathalie

Je mange!

Linguines à l’effiloché de canard, asperges et champignons

Composée et adaptée en m’inspirant de différents sites culinaires, c’est le résultat de cette délicieuse recette goûteuse et savoureuse version Nath!

photo-de-linguines-au-confit-de-canard-et-aux-champignons-9191

Source : Variée       Portions: 4

INGRÉDIENTS

12 oz de linguines

2 c à soupe de beurre

1 lb d’asperges vertes, coupées en tronçons

8 oz de petits champignons de paris coupés en tranches

1 échalote française, haché

1 oignon, haché

3 gousses d’ail, haché finement

2 c. à soupe de persil plat frais, haché finement

2 c. à thé de thym

2 c. à soupe de basilic frais, ciselé finement

2 cuisses de canard, effilochée

1/2 tasse de crème 35%

2 c. à soupe de ciboulette, ciselée finement

1 1/2 tasse de fromage parmigiano reggiano râpé

Sel et poivre du moulin

Fromage parmesan râpé, au goût

PRÉPARATION

Dans une grande casserole d’eau bouillante salée, blanchir les asperges environ 2 minutes ou jusqu’à ce qu’elles soient al dente. Les retirer de la casserole et les plonger dans l’eau froide. Égoutter et réserver.

Dans la même casserole d’eau bouillante, cuire les pâtes jusqu’à ce qu’elles soient al dente. Égoutter et huiler légèrement.

Dans une casserole à fond épais, faire cuire les cuisses de canard. Retirer la peau, effilocher et réserver.

Dans la même casserole faire fondre le beurre à feu moyen. Attendrir l’oignon, faire sauter et dorer l’échalote, les champignons avec le sel et le poivre 4 minutes. Ajouter l’ail et faire sauter 2 minutes. Ajouter les asperges et faire sauter 2 minutes de plus.
Ajouter le canard et verser la crème. Mélanger en grattant le fond de la casserole. Laisser réduire 3 minutes. Ajouter le persil, le thym et le basilic et retirer du feu. Saler et poivrer au goût.

Servir la préparation sur les pâtes et mélanger délicatement. Ajouter le fromage, bien brasser. Répartir dans quatre assiettes creuses. Garnir de ciboulette et de fromage parmesan râpé, au goût.

Bon appétit!

Nathalie

Je mange!

Salade de poulet aux pommes et à l’avocat

Une recette estivale croquante, nourrissante et pleine de saveur en bouche! À faire et à refaire! Un p’tit coup de coeur!

source Ricardo

Source: Ricardo        Portions: 2

INGRÉDIENTS

30 ml de mayonnaise

30 ml de crème sure

30 ml de ciboulette ciselée

10 ml de jus de citron

2 demi poitrines de poulet cuite et refroidies, coupées en cubes

2-3 échalotes

1 pomme Granny Smith, épépinée et coupée en cubes

100 gr de laitue Boston déchiquetée

1 avocat, coupée en cube

1 filet d’huile d’olive

Pétales de fromage parmesan, au goût

PRÉPARATION 

Dans un grand bol, mélanger la mayonnaise, la crème sure, la ciboulette, les échalotes et le jus de citron. Ajouter le poulet et la pomme. Bien mélanger. Saler et poivrer.

Au moment de servir, répartir la laitue dans les assiettes et y déposer la préparation de salade de poulet. Garnir de l’avocat et du parmesan et arroser d’un filet d’huile d’olive. Poivrer.

Bon appétit!

Nathalie

 

 

Mes réflexions

Je sais que je ne serai jamais riche

C’est en faisant une balade en vélo dans mon quartier que j’ai eu cette confirmation. Sur mon trajet y’a pleins de nouvelles maisons, se mariant plus ou moins bien aux autres qui sont plus modestes ou carrément vieilles. Y’a aussi cette augmentation de ‘gros’ châteaux qui continuent de pousser, un peu plus à chaque année, comme des champignons! C’est là que j’en viens à me questionner sur cette avalanche de ‘riches’ pis j’me dis que «y doit ben avoir de quoi que j’ai pas catcher  parce que moi, même en travaillant d’arrache-pied toute ma vie, j’pourrais jamais me payer une cabane de même!» Ah ben oui vous allez me dire que «y’ont travaillé toute leur vie pis qu’ils récoltent ce qu’ils ont semé» …hum. Ok… sûrement pour une minorité de gens mais les autres … j’en doute! Surtout quand le niveau d’âge se situe autour de la 30 aine…

Donc, comme ce n’est pas mon salaire qui me fera devenir riche, il me reste que 3 façons ou j’pourrais être millionnaire. Soit j’gagne à la loto mais, comme les chances sont d’environ 1 sur 44 millions, j’ai de meilleures probabilités de crasher en avion avant de gagner le gros lot! En espérant que c’est au retour que ça s’passe, comme ça j’aurai eu la chance de profiter du voyage lol. L’autre option, c’est de rencontrer un homme <plein aux as> qui a 2 fois mon âge et espérer être sur son testament, ou bien, celle de finalement envoyer de l’argent au fameux prince africain qui me contacte toujours par email pour que j’l aide à récupérer les millions de son héritage bloqué en Côte d’Ivoire. Faque… aussi bien arrêter de rêver drette la! C’est sûr que j’suis pas à plaindre et que j’peux m’acheter tout ce dont j’ai besoin. Mais, comme beaucoup de monde, dite de la ‘classe moyenne’, je suis obligée de ‘faire attention’ et je ne dépenserai jamais sans compter.

Pis j’me dis que au fond quand t’as trop d’argent es-tu vraiment plus heureux dans ta vie? La quête de la richesse matérielle et du toujours plus, c’est pas vraiment mon idéal à atteindre. Vouloir une maison toujours plus grosse, pis un char de luxe pour aller avec, pis une mini fourgonnette parce que tout le monde roule avec ça. Avoir aussi une moto, pis un bateau, pis un bateau plus gros, et ça va te prendre le seeboat tsé, pour accrocher en arrière de ton gros bateau pis une roulotte parce que le voisin y’en a une lui… et puis…alouette! Et après ça, c’est quoi l’autre étape dans la vie des gens riches? Une thérapie?

Tsé le best c’est d’avoir un équilibre et de ne pas en manquer de l’argent. D’en avoir assez pour dépenser sans compter mais pas trop pour la gaspiller. On va se le dire, une cuisine ben c’est une cuisine elle va pas avoir une autre fonction parce qu’elle te coûte trois fois plus cher, pis ton gâteau la, il va goûter la même affaire même si ta cuisinière te coûte 30 000$. Ben oui c’est le fun une maison comme dans les magazine mais la vraie vie c’est tu ça?

La richesse d’un être humain ça se mesure tu à son compte en banque? Ça se mesure principalement par sa façon d’être en accord avec ses valeurs personnelles et j’crois que la richesse ça passe par en premier par qui nous sommes. Je n’ai pas besoin d’un gros château, juste un joli chez moi bien décoré, confortable qui me ressemble et ou on se sent bien. Une voiture qui m’emmène du point A au point B économique et écologique. Avoir assez d’argent pour pas avoir à acheter à crédit et pouvoir faire des voyages sans me priver l’année d’après. Par contre, j’prendrais bien le prince charmant mais sans le château! Haha! Blague à part même millionnaire j’aurai pas besoin de plus que ça, la vie des gens riches c’est pas mon monde et même quand je me retrouve dans un endroit trop chic, j’me sens pas à l’aise et surtout pas à ma place parce que ça me ressemble pas du tout. Pis t’as toujours ce sentiment d’avoir peur de briser de quoi lol. J’préfère nettement les endroits plus modestes mais combien sympathique et chaleureux!

Pis à la fameuse expression «être millionnaire ça change pas le monde sauf que …» Je répondrai que, à part pour me donner la liberté, liberté de voyager partout à travers le monde et de ne pas avoir à me limiter de ce que j’veux vraiment faire, quand j’veux le faire, à mon rythme, à ma façon, sans avoir de contraintes ni d’obligations.  B’en ça me suffirait amplement. Ne plus avoir de stress et mettre un frein à cette course contre le temps pour apprécier les moments présents… surtout si ce moment est quelque part à l’autre bout du monde à admirer un paysage à couper le souffle ou en train de déguster un  bon repas dans un endroit typiquement local du pays où tu trouves! Hum. Priceless!

Mais, tsé en réalité la, ce n’est pas l’argent qui apporte le bonheur mais, ce que l’argent apporte qui peut contribuer au bonheur. Pis cette conception de richesse-bonheur est somme toute très relative dépendamment dans quel coin de la planète tu habites. Pour un pays sous développé, avoir de l’argent ça va nettement améliorer sa qualité de vie qui est déjà très précaire parce qu’ils sont en mode survie. Tandis que pour les gens qui ont déjà plus que le minimum, devenir riche n’a pas la même signification. Lors de mon dernier voyage en Tunisie, j’ai vu des habitants qui n’ont même pas le minimum pour vivre et qui t’accueillent avec le sourire et les yeux brillants. Je n’ai jamais été si bien reçu par des gens si pauvres, mais combien charitable et généreux. Ça te remet les valeurs à la bonne place mettons…

Mais on peut aussi être riche et malheureux comme riche et heureux, pauvre et malheureux comme pauvre et heureux… et la richesse ça peut aussi te rendre complètement fou et te pousser à avoir des comportements exagérés, absurdes et parfois farfelus. Les dépenses effectués pas certaines personnes qui ont définitivement ‘trop d’argent’ gaspillent ici et là sans se soucier de l’impact de leurs conduites. On a qu’à penser à certaines célébrités avec leurs chirurgies plastiques ou à la consommation complètement folle qu’elles peuvent parfois faire. C’est important de se sensibiliser à l’utilisation qu’on en fait et de rester en harmonie avec ses valeurs tout en gardant une conscience sociale et humanitaire des conséquences de nos finances. Mais la réalité c’est que les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent… C’est comme un cercle vicieux, surtout que «la modération a toujours bien meilleur goût» qui disent!

Faque j’vais continuer à me balader en vélo dans mon quartier en me disant que, si être riche se mesure à la quantité de zéro dans ton compte en banque, à la marque de voiture que tu conduis, à la quantité de souliers dans ton garde-robe, à la grosseur de ta maison… Eh bien non, je sais que je ne serai jamais riche. Pis peut être qu’au fond, c’est eux qui n’ont pas compris c’est qu’est le vrai sens du mot richesse…

la-vraie-richesse-10641540

Nathalie

Mes réflexions

L’histoire de la grenouille

developper-discernement-changement-conscience-reveil-eveil-maitriser-320x240

J’aimerais partager cette petite histoire qu’une amie m’a racontée. Elle porte à réfléchir sur notre façon de voir, d’être, et d’interagir dans ce monde actuel ainsi que dans toutes les différentes sphères de sa vie. Sommes-nous parfois comme cette grenouille dans son quotidien? Comment réagit-on dans certaines situations?

Alors, imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle se baigne tranquillement une petite grenouille.

– Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement.

L’eau est bientôt tiède, la grenouille trouve cela plutôt agréable et continue d’y barboter.

grenouille

– La température continue de grimper et l’eau est de plus en plus chaude.

C’est un peu plus ce que la grenouille tolère habituellement; ça l’épuise un peu, mais elle ne s’agite pas pour autant.

– L’eau est maintenant vraiment chaude. La petite grenouille commence à trouver cela désagréable, elle est affaiblie et tous ses muscles commencent à ramollir mais, elle continue de supporter sans rien faire.

– La température va continuer de monter jusqu’au moment ou la grenouille va tout simplement bouillir et mourir…

Si on avait plongé cette même petite grenouille directement dans de l’eau bouillante, elle aurait spontanément sauté aussitôt hors de la marmite pour ne pas y laisser sa peau! Logique, hein?

0024

En fait, cette expérience nous fait réaliser que lorsqu’on vit un changement ou une situation qui s’effectue lentement dans notre vie, elle échappe à notre conscience et ne déclenche pas toujours de réaction, d’opposition ou de protestation. C’est exactement ce qu’il se produit dans la société où nous vivons. Les années passent et sans s’en rendre compte les valeurs se dégradent. Pis comme ça se fait très lentement, nous avons cette ‘tendance’ à nous y habituer. Pour toutes sortes de raisons, on tolère et accepte pendant trop longtemps des situations ou des comportements qui vont à l’encontre de ses propres valeurs. Tsé c’est b’en beau d’essayer de se convaincre que «ça va se replacer» ou bien de défendre des gestes, des attitudes ou des situations qui ne nous conviennent pas ou ne nous conviennent plus en se répétant encore une fois «bah… c’est pas si grave» pis «tout le monde le fait alors…!» En bout de ligne, c’est qui que tu essaies de convaincre?

0016

Le principe de la grenouille, devrait nous ouvrir les yeux ou du moins nous sensibiliser sur les conséquences de notre inconscience. Y’a sûrement des situations qui  effleurent tes pensées en ce moment et que tu t’es déjà dit: «Zut, c’est pas moi ça, pourquoi j’accepte ça!». On n’a qu’à regarder comment l’évolution de la violence dans certaines émissions pour enfant qui passent à la télé ou de certains sujets présentés aux infos de 18H où l’on parle couramment de crime, de meurtre, de pédophilie, de drame conjugal ainsi que le nouveau mot à la mode, depuis quelques année les attentats terroristes! Ça fait parti de notre quotidien, pis c’est devenu un vocabulaire qui banalise des gestes et qui finit par nous laisser presque indifférents…J’ai souvent entendu suite à un événement survenu, ce genre de commentaire «ça me surprend même pu!» L’acceptation, la tolérance, la soumission, la conformité, la résignation nous ferme les yeux sur des tas de trucs qui nous auraient scandalisés avant. Mais maintenant ça nous scandalise la première fois, et après on s’y habitue. Ça serait quoi notre réaction si le gouvernement nous imposerait une hausse de taxe exagérée d’un coup? J’suis convaincue qu’on refuserait et on ‘chialerait’ c’est sûr! Mais si c’est fait sur une longue période, une petite augmentation à la fois hum… Ça passe mieux hein? T’as ben le temps de t’acclimater à la situation. Pis celui qui accepte de faire une job qu’il n’aime pas, mais il reste pareil jusqu’à se retrouver enchaîné…

la-peur-2

Le syndrome de la grenouille, c’est aussi laisser s’installer des p’tites mauvaises habitudes, jusqu’à ce que qu’elles prennent une ampleur majeure et ça fini par nous emprisonner. Comme les addictions à pleins d’affaires ou les dépressions par exemple. Pensons aux joueurs compulsifs, aux personnes accrocs aux drogues, à l’alcool, à la cigarette ou bien ceux qui ne peuvent garder un dollar dans leur poche sans le dépenser! Plus on accepte une mauvaise habitude progressivement, plus un retour en arrière devient difficile et insurmontable. On va se trouver mille et une raisons pour justifier son manque de volonté à changer cette habitude qui nous détruit peu à peu. Même si au fond tu le sais que ça te détruit ben tu continus pareil ….

  • L’idéal est de ne pas commencer quelque chose quand on est conscient que ça peut nous nuire sur une longue période.
  • Dès qu’une petite mauvaise habitude s’installe, il faut la changer avant que celle-ci ne nous tue à petit feu.
  • Ne pas accepter des choses, même petites, qui vont à l’encontre de soi. Car on risque de creuser un trou, qui deviendra de plus en plus profond.

Bref, c’est toujours plus facile à dire qu’a faire mais juste le fait d’en prendre conscience en faisant de petites réflexions dans son quotidien afin d’observer ce que l’on accepte au détriment de ses valeurs, de ses convictions, de sa foi, de ses croyances, de ses opinions, de ses désirs de son bonheur ou de ses ambitions et de se questionner sur les motifs qui nous poussent à agir ainsi. Que ce soit au nom d’une religion, d’un gouvernement, d’un pays, d’une personne en position d’autorité, d’un groupe, d’une société, d’un individu ou d’un proche. C’est à toi de choisir si tu veux finir comme la grenouille et te mettre la tête dans le sable ou bien bouger avant qu’il ne soit trop tard en changeant les choses qui ne te conviennent pas ou qui ne te conviennent plus avant de franchir ce point de non retour! Trop souvent j’entends des «j’aurai donc du» ou bien des «yé trop tard maintenant». Mais c’est toi qui décides de ce que tu fais de ta vie!

9c91a42cd4a9a855bd929ad5ba46d64e

Alors à toi chère amie qui était en train de tomber malade et qui a finalement choisi d’écouter son corps et ses convictions. Tous ces petits signes t’ont finalement fait réaliser que tu ne voulais pas devenir une grenouille bouillie. Je te lève mon chapeau pour ta force et ton courage. Je te souhaite que ce revirement t’apporte la sérénité afin de rallumer cette étincelle dans ton cœur. Que ce vent de changement te pousse vers une énergie nouvelle afin de t’épanouir et te réaliser selon tes désirs. Grâce à ta détermination, tu as décidé d’aller de l’avant, de foncer vers un nouvel avenir afin d’y retrouver un meilleur équilibre selon tes aspirations.

C’est en avançant qu’on fait avancer les choses et c’est en y croyant qu’on réussit à changer. J’pense qu’il faut se donner la chance en prenant des chances. Tu ne réussiras peut être pas du premier coup mais tu réussiras malgré tout! T’as le choix d’être une victime, ou de rester pacifique, ou prendre la responsabilité qui te revient et de te battre toujours pour être la meilleure version de toi-même parfaitement imparfaite, mais en harmonie avec ta conscience et tes valeurs profondes.

« À force de tout voir, on finit par tout supporter…

À force de tout supporter, on finit par tout tolérer…

À force de tolérer, on finit par tout accepter…

À force de accepter, on finit par tout approuver… »

Nathalie

Mes coups de coeur

Profession : Éducatrice

17800347_10155641074284316_4048599013250485801_n

Pour commencer, on dit une éducatrice et non une gardienne! Il y a une énorme différence entre ses deux statuts. Une gardienne ne fait que surveiller ton enfant, alors qu’une éducatrice lui enseigne des choses de façon hum… plus ludique. Elle a un mandat de contribuer au développement global de ton enfant de façon pédagogique.

ObmOSFrtbA7PWZ_UXgPNu5xy9nU

Une éducatrice, ça planifie et organise le déroulement de pleins d’activités toute la journée. Elle a rarement le cerveau à off. Elle participe au développement cognitif, social, moteur et affectif de chacun des enfants dont elle a la responsabilité. Elle s’occupe du volet éducatif et elle les préparent pour la grande école. En plus de jouer à l’agent de la paix, elle console, cajole, et câline. C’est également une excellente infirmière, qui fait bien plus que de soigner un p’tit bobo avec un plaster! Parce tsé, même quand ils sont malades, ben certains sont quand mêmes fidèles au poste! Elle est aussi comme une ‘deuxième maman’ qui fait le chiffre de jour! Sauf qu’elle en a pas un, deux ou trois, mais bien de 8 à 10 petites frimousses.

682626

Une éducatrice c’est aussi une référence, une confidente, et la personne de confiance. C’est à elle que revient la charge complexe de ‘comprendre’ chacun des enfants. Comme ils sont tous différents et uniques et qu’ils se développent à leurs rythmes, elle doit composer, s’adapter et s’ajuster à chacun d’eux. T’as pas qu’une seule personnalité à gérer mais plusieurs en même temps. À noter ici, qu’elle doit aussi dealer avec le ou les parents qui, souvent sous le charme de leur p’tit trésor, ne sont pas toujours objectifs et cohérents face au volet éducation. Tsé, on le sait qu’ils sont beaux, fins, pis qu’ils sont les meilleurs mais, ils ont quand même besoin de discipline. D’où l’importance de faire équipe avec son éducatrice pour le bien être de ladite petite merveille. Parce que ça peut vite virer en zoo ces petites bêtes la quand ils sont lâchés lousse en société.

Hommage-a-toi-chere-educatrice-FB.jpg

Une éducatrice, c’est une magicienne, qui développe et crée l’imaginaire des enfants en inventant des histoires, des scénarios, des projets pour captiver, susciter et stimuler l’intérêt des petits, tout en leur apportant de nouvelles connaissances. Chaque jour, elle invente une nouvelle façon de faire briller les yeux de ton enfant. Tout en s’amusant; ça chante, ça danse, ça bricole, ça joue, ça se déguise, ça se maquille, ça rit, ça pleure, ça interagit et ça évolue, pas toujours en  harmonie mais, toujours dans  le respect de chacun. Méchant défi hein …

téléchargement

Une éducatrice c’est aussi un être humain ben oui… Aussi patiente et compréhensive soit-elle, eh non ce n’est pas une personne parfaite. Elle a des qualités et des défauts et ce n’est pas la science infuse. Elle apprend aussi à travers les hauts et les bas de ton enfant et elle est en constante évolution. Elle a des sentiments, des émotions, une sensibilité et malgré qu’elle donne son 110% dans son métier ça peut lui arriver aussi d’être fatiguée et parfois dépassée par certain événements. Il faut parfois se mettre dans la peau de l’autre pour comprendre son quotidien. Elles sont faciles à critiquer, mais combien de personnes voudraient être dans leurs souliers?… Hum c’est bien ce que je pensais! Je mets au défi n’importe qui à venir passer une journée dans une garderie. C’est quand on le vit qu’on comprend pas mal plus la ‘patente’ pis on se rend compte que les éducatrices, ben c’est pas des saintes, mais c’est pas ben loin ….

86851969_o

Donc, en gros, une éducatrice c’est: une maman-infirmière-psychologue-professeure-police-juge-avocat-arbitre et j’en passe… qui accompagne ton enfant dans le développement de ses premières années de vie. Comme elle y consacre la majeure partie de son quotidien c’est pas pour rien qu’on parle ici d’une vocation beaucoup plus qu’une job… Elle y travaille avec son cœur dans l’intérêt et le meilleur des enfants, pour les enfants avec des enfants. Alors si t’es pas passionnée et dévouée par ce métier, ben tu vas t’en rendre compte assez vite.

images

Par contre c’est la profession idéale pour faire une différence dans la vie d’un enfant, si t’as envie de t’impliquer et de contribuer à la génération future. J’dis souvent à la blague « c’est peut être lui qui changera ta couche quand tu seras vieux ». Mais en attendant laissons les enfants être des enfants. Parce que la beauté d’un enfant, c’est l’innocence, c’est l’amour à l’état pur, c’est authentique, naturel et vrai. Pis ça fait les meilleurs câlins du monde et les meilleurs bisous c’est, définitivement, ceux avec un peu de morve sur le bord du nez!

« On ne peut que donner deux choses à un enfant :

des racines et des ailes »

Happy kids

Nathalie